Formulaire de contact, flux rss et réseaux sociaux

Gaspillages à l’intercommunalité : Marie-Claude Bompard écrit à A. Zilio

Gaspillages à l’intercommunalité : Marie-Claude Bompard écrit à A. Zilio

petit bandeau interco 2014

Suite aux déclarations d’Anthony Zilio, dans la presse locale, Marie-Claude Bompard lui a écrit, le 22 mai dernier.

C’est avec beaucoup de surprise que j’apprends par la presse de ce jour vos projets pour l’intercommunalité Rhône-Lez-Provence. En effet, vous annoncez, entre autres, dans La Provence, la construction, en plus de la « maison des entreprises », d’un « hôtel des entreprises » à Lamotte-du-Rhône.

Je suis d’abord scandalisée par la méthode employée, qui va en totale contradiction avec vos déclarations précédentes. Vous affirmez vouloir travailler avec notre équipe municipale et dans le même temps, vous présentez des projets couteux par voie de presse. Nous avions, hier soir, un conseil communautaire. C’était, je crois, le lieu et le moment d’informer les conseillers communautaires de cette construction future et d’en débattre.

Par ailleurs, avant même d’avoir évalué l’efficacité de votre « maison des entreprises » (et pour cause…), vous engagez l’intercommunalité dans une nouvelle construction. Cela me semble tout à fait irresponsable.

Vous connaissez notre point de vue sur la « maison des entreprises », inadaptée à notre territoire et extrêmement couteuse (2 millions d’euros). Il nous est donc encore plus impossible d’accepter la construction de cet « hôtel des entreprises » à Lamotte-du-Rhône. Non seulement, la différence entre les deux structures, n’est pas claire, mais votre futur bâtiment serait situé, si j’en crois vos déclarations, en zone inondable.

Comment imaginer un seul instant, un chef d’entreprise installer ses bureaux ou son atelier en zone inondable ? Comment imaginer une entreprise créer ou développer ses activités dans de telles conditions ?

Hier soir, désapprouvant la gestion de votre prédécesseur, vous avez convenu qu’il n’était pas normal que la communauté de commune ait thésaurisé 12 millions d’euros. « La communauté de communes n’est pas une banque » vous a rappelé monsieur Rémi Martin, adjoint aux finances de Bollène. Si la communauté de communes n’est pas une banque, ce n’est pas pour autant qu’elle doit gaspiller ainsi l’argent qu’elle a en caisse.

Aussi, je vous demande, dans le respect de l’argent du contribuable, de renoncer dès aujourd’hui à ces deux constructions inadaptées à notre territoire et tout particulièrement à cet « hôtel des entreprises ». Enfin, si vous ne savez pas quoi faire de ces 12 millions d’euros, soyez assuré que chaque maire de chaque commune saura, lui, comment les utiliser utilement au service de la population.

En restant à votre disposition, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Marie-Claude Bompard

Retrouvez le journal consacré à la communauté de communes.