Formulaire de contact, flux rss et réseaux sociaux

Anthony Zilio confisque l’intercommunalité à son profit !

Anthony Zilio confisque l’intercommunalité à son profit !

Votre municipalité vous informe.
Au sommaire :
– Intercommunalité : les Bollénois méprisés
– Anthony Zilio augmente son salaire de 35% !
– Nouveau gaspillage à l’intercommunalité


En démocratie, c’est le peuple qui s’en charge…
Communiqué de la municipalité de Bollène – 16 mai 2014

 

Quand les élus de Bollène dénoncent les gaspillages de l’intercommunalité, ils le font pour le bien de Bollène, mais plus largement pour l’ensemble du territoire.

Quand les élus de Bollène demandent une baisse de la cotisation foncière des entreprises, ils ne le font pas que pour les entreprises de la ville, mais pour celle de toutes les communes membres de l’intercommunalité.

Depuis 2008, les élus de Bollène ont fait la preuve qu’ils ont le sens de l’intérêt général. C’est le cas à l’intercommunalité, mais également dans d’autres syndicats intercommunaux, et notamment François Morand, qui pendant six ans, a été président du SIERGT et vice-président du SYPP, syndicats en charge des ordures ménagères, sans que personne ne trouve à redire à sa gestion et à sa méthode de travail avec les élus des communes voisines.

Aussi, comment Anthony Zilio peut-il dire : « je suis prêt à travailler avec Marie-Claude Bompard » et dans le même temps refuser de confier tout travail à François Morand, sous prétexte que celui-ci n’aurait pas « donné les gages pour pouvoir lui confier une de [s]es responsabilité » ?

On croit rêver ! Faut-il que les élus de Bollène baisent la main du président de l’intercommunalité ? Faut-il lui faire la révérence ? Pour qui se prend Anthony Zilio ? Pour un monarque à qui l’on doit respect et obéissance, sous peine de subir ses foudres, ses condamnations, son excommunication ? Anthony Zilio veut-il mettre François Morand à la Bastille ?

Par ailleurs, affaibli par les divisions de sa majorité socialiste, Anthony Zilio cherche à son tour à opposer les élus de Bollène entre eux. La manœuvre est pitoyable et inutile. La majorité bollénoise, riche de diverses personnalités, est soudée et unie autour du même objectif : défendre les intérêts des Bollénois et des habitants de tout le territoire de l’intercommunalité.

Il est temps que M. Zilio revienne à la raison. A l’intercommunalité, c’est François Morand qui a été élu vice-président, pour représenter les Bollénois et travailler au service de l’ensemble des habitants du territoire.

Ce n’est pas à Anthony Zilio de choisir avec qui il siège au conseil communautaire. En démocratie, c’est le peuple qui s’en charge…