Formulaire de contact, flux rss et réseaux sociaux

Droit de vote des étrangers : pour Marie-Claude Bompard et la municipalité de Bollène, c’est non !

Droit de vote des étrangers : pour Marie-Claude Bompard et la municipalité de Bollène, c’est non !

Le maire de Stains, en région parisienne, a sollicité dernièrement Marie-Claude Bompard, dans le cadre de ses fonctions de maire, lui demandant de soutenir son appel en faveur du droit de vote des étrangers. Marie-Claude Bompard lui a répondu dernièrement.

Pour le maire de Bollène, « le droit de vote doit rester intimement lié à la nationalité ». En effet, un tel projet « remet en cause les fondements mêmes de la citoyenneté et de la nationalité française ».

Par ailleurs, Marie-Claude Bompard a relevé, dans la demande du maire de Stains, de nombreuses incohérences. Un exemple. Dans son courrier, le maire de Stains, pose cette question : « Pourquoi des personnes qui travaillent, qui paient des impôts, participent au développement de la ville seraient privés du droit de faire entendre leur voix » ? En bref, cet élu communiste lie le droit de vote à l’exercice d’un métier. « Avec votre logique, continue le maire de Bollène, vous excluez donc du droit de vote, les chômeurs, les étudiants ou encore les mères au foyer. De même lier le droit de vote au paiement des impôts nous revient à faire un bon en arrière, pour revenir au suffrage censitaire ».

Pour conclure, Marie-Claude Bompard remarque qu’en voulant instaurer ce droit de vote des étrangers, avant les prochaines élections municipales, la gauche française, définitivement coupée du peuple qu’elle prétendait défendre, annonce clairement qu’elle cherche de « nouvelles réserves électorales » et pense la la trouver chez les étrangers.